1821 - Subrogation de ferme du moulin du manoir du Cleuyou des époux Mermet - GrandTerrier

1821 - Subrogation de ferme du moulin du manoir du Cleuyou des époux Mermet

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Archives    
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.

Une passation de pouvoirs entre deux familles de meuniers et leurs successeurs, le tout sous le couvert des propriétaires du manoir et du domaine du Cleuyou, Vincent-Simon Mermet et Marguerite Péron.

L'acte liste aussi les obligations des meuniers, de la chaussée du renable [1] jusqu'à l'allée principale conduisant de Quimper au manoir.

En savoir plus : « Archives de Cleuziou/Cleuyou » ¤ « Les Mermet, propriétaires du manoir du Cleuyou et de Kervreyen » ¤ « Merpaut et Lafage, les deux acheteuses du manoir du Cleuyou en 1795 » ¤ « Les Le Guay (1804-1917), châtelains du Cleuyou au 19e siècle » ¤ « Les moulins du manoir du Cleuyou » ¤ « Une rabine de platanes centenaires au manoir de Cleuyou » ¤ « 1797 - Vente et adjudication de la métairie de Kervreyen » ¤ « 1809-1811 - Contentieux sur l'étang de Kervreyen bien noble du moulin de Kerfort » ¤ « 1795 - Ventes aux enchères du manoir du Cleuyou » ¤ « Les moulins du manoir du Cleuyou » ¤ « Une rabine de platanes centenaires au manoir de Cleuyou » ¤ 

1 Présentation

Les deux documents d'archives de l'étude notariale de Thimothée Chauvel de Quimper, datés de septembre-octobre 1821, nous présentent les noms des meuniers amenés à se succéder au Cleuyou et leurs obligations envers les propriétaires du domaine et du manoir, le sieur « Mr Vincent Simon Marie Mermet et Dame Marguerite Péron son épouse ».

Les meuniers en place sont Rolland Gourmelen et Marie Anne Louboutin [2] et les parents de l'épouse. Une fille Marie-Anne [3] est née au moulin du Cleuyou en décembre 1820. Ensuite ils s’établiront au moulin de Pennayeun en Briec avec une 2e naissance en février 1822, et ensuite en 1831-33 au moulin de Fonteyou en Plonéis.

Les Gourmelen cèdent donc leur place en 1821 par cet acte de subrogation aux époux Henry Lepelleter et Marie-Jeann Douirin [4], meuniers en poste au moulin de Kerlever en Pluguffan, et précédemment au moulin de Pont ar marc'had en Ergué-Gabéric (une naissance en janvier 1814). Le bail des Gourmelen est sensé durer jusqu'en octobre 1828. Mais cela ne sera pas le cas, car en 1827 [5] arriveront au moulin de Cleuyou Marie-Anne Morvan et Laurent Le Faou. Devenu veuf, Laurent se remariera avec Marie Anne Bernard et restera au Cleuyou jusqu'en juillet 1837.

Outre le paiement d'un fermage aux propriétaires, les meuniers du Cleuyou doivent respecter un certain nombre d'obligations :

  • ils « veilleront à la conservation de ce renable [1] », c'est-à-dire la bâtisse meunière et ses équipements.
  • ils « entretiendront les preneurs et rendront en bon état, à l'expiration du présent, la chaussée du moulin », c'est à dire le talus ou levée de terre de protection.
  • pour pouvoir « faner » les prairies, ils « seront tenus d'y répandre, à leur frais, cinq charrettées de fumier chaque année »
  • ils ne pourront « couper ni émonder aucune espèce de bois ou arbres »
  • ils « ne pourront avoir que quatre cochons courants sur les terres du Cleuyou et encore seront-ils dans l'obligation de les épingler »
  • et enfin, ils feront « le nombre de leurs journées de charroi de pierre à l'effet de réparer et entretenir en bon état l'allée principale conduisant de Quimper au manoir »

Le domaine du Cleuyou incluait vraisemblablement deux moulins, le premier exploité jusqu'au 19e siècle pour moudre de la farine (et aujourd'hui disparu) et le second plus petit réservé aux tanneurs.

 

Quant aux propriétaires du manoir, à savoir les époux Mermet et Péron, voici un petit arbre généalogique avec la double relation par alliances avec François-Guillaume et Prosper Le Guay.

  Antoine Mermet (1716-1786), négociant normand
  x 1743 Louise Michelle Raillard (1719-1744)
  ├
  ├> Pierre Marie Antoine Mermet (1744-1805), Plonéour
  ├   x 1770 Marie Jeanne Renault Trévigon (1742-1785)
  ├   └> Louis Pierre Marie Mermet (1779-1837)
  ├       x 1876 Jeanne Emilie Fichoux (1850-1907)   
  ├       └> Françoise Marie Louise "Fanny" Mermet (1813-1882)  
  ├            x 1838 Prosper Le Guay (1805-1886)    
  ├  
  x Yvonne Marie Tanguy (1717-1749)  
  ├ 
  └> Vincent Simon Marie Mermet (1747-1828), Quimper
       x 1777 Marguerite Péron (1760-1844)
       └> Marie Marguerite "Cécile" Mermet (1778-1851)
            x 1804 Guillaume François Le Guay (1773-1861)  
            └> Prosper Le Guay (1805-1886)

Vincent Simon Mermet avait tenté d'acquérir le manoir du Cleuyou à la vente aux enchères de 1795, mais à la 3e bougie c'est la citoyenne Merpaut qui emporta la mise. Par contre Vincent Mermet acheta la métairie de Kervreyen dans les mêmes conditions. Il signait à l'époque Mermet Le Jeune.

Simon Mermet n'est pas connu comme ayant été initié dans une loge maçonnique, mais son demi-frère Pierre-Marie était Grand-Ecossais de « L"heureuse Maçonne », et son neveu Louis Pierre était Maitre Bleu de « La Parfaite Union ». Les auteurs d'une étude sur la franc-maçonnerie du 18e siècle à Quimper le présente Simon Mermet : « sous la Restauration, électeur et éligible à la Chambre des députés, puisqu'il paie 1235 francs d'impôts et figue parmi les plus riches notables de l'arrondissement électoral de Quimper. »

Les époux Mermet auront une fille qu'ils marieront à un militaire de carrière, Guillaume Le Guay. Ce dernier qui depuis ses 16 ans avaient servi l'armée républicaine, puis impériale, dut refuser de partir pour la campagne d’Italie (1805), en argumentant qu’il projetait un mariage avantageux. Avec son épouse Cécile, il vint habiter le Cleuyou.

2 Transcriptions

N° 207 du 17 septembre 1821

Subrogation de ferme du moulin du Cleuyou en Ergué-Gabéric par Jacques Louboutin, femme et autres, d'id. à Henry Lepelleter et femme de Pluguffant.

Par devant Thimothée Nicolas François Marie Chauvel et collègue notaraires royaux à la résidence de Quimper chef lieu du département du finistère furent présents Jacques Louboutin et Jeanne Le Berre sa femme, Rolland Gourmelen et Marie Anne Louboutin sa femme, les dites femmes de leur mari sur leurs réquisitions autorisées, meuniers, demeurant tous ensemble au moulin du Cleuyou en la commune d'Ergué-Gabéric, Mr Vincent Simon Marie Mermet et Dame Marguerite Péron son épouse qu'il autorise également, marchands, demeurant à Quimper, rue Keréon, d'une part :

Heny Lepelleter, meunier, et Marie-Jeann Douirin sa femme, de lui aussi sur ses réquisitions autorisée, demeurant au moulin de Kerlever en la commune de Pluguffant, d'autre part ;

Lesquels dits Jacques Louboutin, Rolland Gourmelen, et femmes, de l'agrément des sieur et dame Mermet, ont par ce présent sous la garantie de fait et de droit, subrogé les dits Henry Lepelleter et femme ce acceptant, dans les sept années restant à courir, depuis le vingt neuf septembre présent mois jusqu'à pareil terme de l'an mil huit cent vingt huit, du bail à ferme du susdit moulin du Cleuyou leur conféré par les sieur et dame Mermet le dix octobre mil huit cent dix neuf par acte au rapport de Chauvel l'un de nous enregistré à Quimper ce seize,

et de leur part les dits sieurs et dame Mermet ont affermé aux mêmes Lepelleter et femme, acceptant le susdit moulin du Cleuyou et dépendances ainsi, et de la manière qu'en jouissent actuellement les Louboutin, Gourmelen et femmes, et dont les preneurs ont déclaré avoir parfaite connaissance sans qu'il soit besoin de plus amples désignations, pour eux ans qui ne commenceront leur cours que le vingt neuf septembre mil huit cent vingt huit, époque à laquelle doit échoir la subrogation cidessus, et devront finit à pareil terme de l'année mil huit cent trente, convenu toutefois que les sieur et dame Mermet ou les Pelleter et femme pourront mettre fin à la subrogation en se prévenant mutuellement six mois avant la fin de la troisième année, passé lequel terme il leur sera impossible de résilier le présent à moins que ce ne soit d'un commun accord ou par des causes qui pourraient appeler un résiliément de part et d'autre, les présentes subrogation et ferme ont été accordées aux preneurs à la charge de jouir et disposer du moulin et ses dépendances en bon père de famille sans y causer de dégâts ni de dégradation à peine de tous dommages d’intérêts, de payer par an le prix de ferme aux sieur et dame Mermet qui, au moyen, déclarent décharger les dits Louboutin, Gourmelen et femmes de toutes les obligations par eux contractées en l'acte de ferme susrelaté, la somme de trois cent soixante francs numéraire métallique, premier paiement à faire du prix de la susdite ferme à l'époque du vingt neuf septembre mil huit cent vingt deux pour continuer ainsi au même terme chaque année pendant tout le cours du présent, et en outre aux clauses et conditions suivantes.

1° Henry Lepelleter et femme ont déclaré se charger à l'égard de Jacques Louboutin, Rolland Gourmelen, et femme du renable [1] dudit moulin dont l'estimation fixée annuellement [...] à la somme de quinze cents francs, ainsi qu'ils se reconnaissent, sera remboursée par eux aux dits Louboutin, Gourmelen et femme, le vingt neuf septembre présent mois jour fixé pour leur entrée en jouissance dudit moulin, convenu que ces derniers veilleront à la conservation de ce renable [1] qui a été estimé en l'état où il se trouve aujourd'hui.

2° entretiendront les preneurs et rendront en bon état, à l'expiration du présent, la chaussée du moulin non comprise dans le renable [1] et sans qu'ils puissent réclamer aucune indemnité à cet égard, parce qu'ils se la feront rendre de la même manière par les fermiers sortants.

3° au cas de réparations aux maisons et crèches du moulin, les preneurs nourriront seulement les ouvriers qui y seront employés et au cas de grosses réparations à la maçonne de ces mêmes maisons et crèches, ils feront simplement les charrois des matériaux et pierres.

 

Suite du n° 207

4° les preneurs à l'effet de faner les prairies dépendant du moulin seront tenus d'y répandre, à leur frais, cinq charrettées de fumier chaque année.

5° auront les preneurs, à la suite des bestiaux communs des fermes de la métairie du manoir, la nourriture de deux vaches pour le paturage seulement.

6° ne pourront les preneurs couper ni émonder aucune espèce de bois ou arbres.

7° les preneurs recevront des fermiers sortants le nombre de six milliers de foin et seront tenus d'en laisser pareille quantité sur les lieux à leur sortie, le tout bien abuté et annilonné dans les endroits ordinaires.

8° les preneurs paieront, en acquit des bailleurs, l’impôt foncier créé ou à créer sur le moulin, mais ceux-ci leur conféront raison lors du paiement du prix de leur ferme et quant à l'impôt des portes et fenêtres il reste entièrement au compte des preneurs.

9° ne pourront les preneurs subroger qui que ce soit dans tout ou partie du présent sans le consentement par écrit des sieur et dame Mermet.

10° les preneurs ne pourront avoir que quatre cochons courants sur les terres du Cleuyou et encore seront-ils dans l'obligation de les épingler de manière à ce qu'ils ne puissent causer aucun dégât.

11° feront les preneurs, chaque année à leurs frais et dans la saison où ils auront moins d'occupation, le nombre de leurs journées de charroi de pierre à l'effet de réparer et entretenir en bon état l'allée principale conduisant de Quimper au manoir.

12° finalement délivreront les preneurs, aussi à leur frais, gron? des présentes dans ler... aux sieur et dame Mermet qui se réservent seulement de faire payer la levée courante aux dits Louboutin, Gourmelen et autres, ainsi que leur faire remplir leurs obligations jusqu'au dit jour vingt neuf septembre présent mois, à l'exécution de tout ce que dessus se sont obligées les parties sous toutes obligations requises et de droit les dits Pelletter et femme solidairement l'un pour l'autre.

Dont acte lu aux comparants, fait et passé à Quimper en l'étude et au rapport dudit Chauvel l'un de nous, l'autre présent, sous les seings des sieur et dame Mermet et les nôtres notaires, les autres parties requises de signer ayant déclaré ne le savoir faire, ce jour seize septembre mil huit cent vingt un.

Mermet le jeune ; Peron-Mermet ; Jehars, notaire ; Chauvel, notaire. ...

N° 228 du 3 octobre 1821

Quittance générale de 1500 f. par Jacques Louboutin, femme et autres d'Ergué-Gabéric à Henry Lepelleter et femme de Pluguffant.

Par devant Thimotthée Nicolas François Marie Chauvel et collègue notaires royaux à la résidence de Quimper chef lieu du département du finistère, furent présents,

Jacques Louboutin et Jeanne Le Berre sa femme, Rolland Gourmelen et Marie-Anne Louboutin sa femme, les dites femmes de leurs maris sur leurs réquisitions autorisées, meuniers, demeurant tous ensemble au moulin du Cleuyou en la commune d'Ergué-Gabéric.

Lesquels ont présentement et au vu de nous, reçu de Henry Lepelleter, aussi meunier, et Marie-Jeanne Douirin sa femme, demeurant au moulin de Kerléver en la commune de Pluguffant, ici présent, la somme de quinze cents francs que ces derniers s'étaient obligés de leur payer à l'époque du vingt neuf septembre, aux fins d'acte portant subrogation de ferme en date du seize septembre aussi dernier au rapport de Chauvel l'un de nous, enregistré le vingt six, et ce pour la valeur du renable [1] du dit moulin du Cleuyou, appartenant aux Louboutin, Gourmelen et femmes, dont quittance générale et sans réservation aux dits Pelleter et femme fermiers entrant au dit moulin pour les causes sus-mentionnées.

Dont acte du aux comparants, fait et passé à Quimper en l'étude et au rapport dudit Chauvel l'un de nous, l'autre présent, sous nos seings les parties requises de signer ayant déclaré ne le savoir faire, ce jour trois octobre mil huit cent vingt un.

Vallet, notaire ; Chauvel, notaire.


3 Documents

Lieu de conservation :
  • Archives Départementales du Finistère.
  • Cote 4 E 215-294 (Chauvel, notaire, Quimper, aout-dec 1821).
 

Usage, droit d'image :

  • Accès privé et restreint aux abonnés inscrits.
  • Utilisation obligatoire d'un compte GrandTerrier autorisé et mot de passe valide.

4 Annotations

  1. Renable, s.m. : état des lieux, l'adjectif renable ou raisnable signifiant en vieux français « en bon état », et étant dérivé aussi en basse-Bretagne du terme breton « Renabl, plur. -où » pour « inventaire ». Ce renable était pratiqué essentiellement pour inventorier les biens des meuniers lors des renouvèlements de baux. Il y avait le grand renable pour les aménagements extérieurs (les vannes d'amenée ou de fuite, les rigoles ou biefs, les chaussées) et le petit renable dans lesquels étaient inventoriés et valorisés tous les appareils à l'intérieur du bâtiment du moulin (le grand fer, la meule dormante et la meule courante, la roue ou la pirouette, les cordes). Le terme de souche peut être un synonyme de petit renable dans certains documents d'archives. Par extension le terme renable désigne la valeur mobilière du moulin, les meuniers devaient acquitter cette somme lors de leur entrée en jouissance, et la somme leur étant rendue à la fin du bail si le moulin était jugé bien entretenu.  [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5]
  2. Mariage - 19/10/1819 - Kerfeunteun de GOURMELEN Rolland (mineur), né le 08 pluv an 08 à Kerfeunteun, fils de Rolland, décédé le 23/11/1807 et de Marie KERHOAS, décédée le 26/04/1818, et de LOUBOUTIN Marie Anne née le 02 brum an 05 à Plogonnec, fille de Jacques, présent et de Jeanne Marguerite LE BERRE, présente. Témoins : gourmelen louis et pierre / louboutin françois et yves. [Ref.↑]
  3. Naissance - 24/12/1820 - Ergué-Gabéric (Moulin de cleuyou) de GOURMELEN Marie Anne, enfant de René, Meunier , âgé de 21 ans et de Marie Anne LOUBOUTIN. [Ref.↑]
  4. Mariage - 23/07/1811 - Ergué-Armel de PELLETER Henri, né le 19/03/1790 à Elliant, fils de François, décédé le 18 Frim. An 13 à Penhars et de Corentine SAUVEUR, décédée le 12/04/1811 à Elliant. Notes époux : Domicilié à Quimper. Et de DOUIRIN Marie Jeanne, née le 22/06/1788 à Kerfeunteun fille de Hervé, décédé le 21 Prai. An 3 à Kerfeunteun et de Marie Jeanne LE QUERE, présente. Notes épouse : La mère est dite veuve Morvan. Témoins : Morvan Jacaues, Garrec Hervé, Morvan Alain, Morvan Jean Marie (frère utérin de la mariée) [Ref.↑]
  5. Naissance - 27/10/1827 - Ergué-Gabéric (Moulin de cleuyou). LE FAOU Laurent Jean enfant de Laurent, Meunier , âgé de 36 ans et de Marie Jeanne MORVAN [Ref.↑]


Thème de l'article : Etude et transcriptions d'actes anciens

Date de création : Mai 2012    Dernière modification : 30.12.2015    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]