La fontaine de Notre-Dame de Kerdévot - GrandTerrier

La fontaine de Notre-Dame de Kerdévot

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Patrimoine
 Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.

Cette fontaine de Notre Dame de Kerdévot est située dans un champ à 300 m à l'est de la chapelle. L'édifice gothique qui pourrait être du 16e siècle et qui supporte une statuette de la Vierge à l'Enfant, est un bassin assorti d'un toit de pierres à deux pentes et accosté de deux pinacles. Sur un des côtés, il y a une tête d'homme sculptée dans la pierre. Devant la fontaine, deux vasques carrées qui servaient pour les ablutions.

Au somment de l'édifice, une pierre carrée gravée d'un blason antique, écartelé avec le dessin de mains et d'un lévrier et d'un entrelacement en fretté. Quelle est l'origine de ces trois blasons ?

Et quelles sont les dévotions et les pratiques religieuses qui ont sous-tendu les pèlerinages ancestraux en ces lieux bucoliques ?

Autres articles : « Croquis de la fontaine de Kerdévot par Yvonne Jean-Haffen » ¤ « La chapelle de Kerdévot » ¤ « La chapelle de Kerdévot, excursion en 1910 *) » ¤ « Le pardon de ND de Kerdévot) » ¤ « La maîtresse-vitre de la chapelle de Kerdévot » ¤ « La sacristie de Kerdévot » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

Il faut, à Kerdévot, chercher loin l'antique fontaine de dévotion, vers la bordure extrême du champ à l'Est de la chapelle. Là, une source captée dans un bassin carré alimente deux petits bassins circulaires destinés aux rites des ablutions.

Le monument qui coiffe le bassin d'un toit en batière [1] est flanqué d'épais pinacles [2] à crochets. L'arc en plein cintre s'encadre dans un gâble [3] triangulaire assorti de quatre choux frustes. A l'angle de droite une figure de marmouset rieur.

 

L'arcade abrite une petite statue de pierre représentant une Vierge à l'enfant « qui paraît veiller sur les lentilles d'eau du bassin ». Ses reliefs, adoucis par les siècles, portent des traces de polychromie ocre et bleue. L'enfant, la tête penchée sur le sein de sa mère, retient de la main droite un pan de voile, et tend l'autre main vers la page d'un livre ouvert.

La pointe du monument est constitué d'un blason écartelé de forme carrée et bien érodé par les siècles.

[modifier] 2 Héraldique

Le blason est composé de trois alliances, dont voici une proposition d'attributions : « Parti, au premier d'azur aux trois mains dextres appaumées d'argent qui est Guengat, au second coupé en premier d'argent fretté d'azur qui serait Guicaznou, et en second d’azur au lévrier passant d'argent qui est Tromelin ».

croquis d'Yves Pascal Castel, « Kerdévot, Ergué-Gabéric », 1989
croquis d'Yves Pascal Castel, « Kerdévot, Ergué-Gabéric », 1989
 
Le premier parti est vraisemblablement composé des armes de la famille Guengat qui possédait Botbedern, lieu noble voisin d'Elliant. Cet écu est également partiellement visible dans l’oculus au-dessus de la maitresse-vitre de la chapelle. A la Réformation de Cornouaille en 1536 on trouve « Le sieur et dame de Guengat Sr de Botbodern ».
Guengat
Guengat
Le fretté est très rare en héraldique bretonne et le seul que nous connaissions en Basse-Bretagne est celui de la famille Mériadec - Guicaznou. On trouve un Jean de Guicaznou, chanoine de Quimper et archidiacre de Cornouaille en 1489 [4].
Guicaznou
Guicaznou
L'animal du dernier quartier serait le blason de la famille Tromelin (Mahalon), détenteur du fief de Botbodern en Elliant. On trouve ce blason en plusieurs endroits dans la chapelle : au troisième quartier sur la poutre d'entrée du choeur, en premier et deuxième quartier de deux blason du tympan de la maitresse-vitre. En 1536 la dame de Guengat est en fait Marie de Tromelin, dame de Botbodern, ayant épousé en troisième noce Jacques de Guengat.
Tromelin
Tromelin

[modifier] 3 Dévotions

Jean-Louis Morvan, dans le Bulletin municipal de Janvier 1980, résumait ainsi les dévotions observées à la fontaine :

La fontaine a aussi sa légende et son histoire. Jadis, les Quimpérois se rendaient en foule au pardon de Kerdévot qui avait lieu, comme aujourd'hui, le deuxième dimanche de septembre. Ils s'y rendaient par dévotion mais aussi pour faire « ripailles » après la messe sous les frondaisons. L'usage était si ancré qu'on donnait à ce pardon le nom peu orthodoxe de « Kerfricot ».

Ajoutons que ces agapes ne compromettaient pas l'équilibre des pardonneurs : la seule boisson admise était l'eau de la fontaine de Notre Dame. Selon la tradition, ses eaux guérissaient du catarrhe (inflammation des muqueuses) et de la fièvre. De plus, lorsqu'une jeune maman ne pouvait allaiter son enfant, elle se rendait à la fontaine, la vidait, la nettoyait. En reconnaissance de ces soins, N.D. de Kerdévot lui accordait assez de lait pour nourrir deux bébés.

 

Jean-Marie Déguignet, dans ses cahiers publiés en 1904 dans la Revue de Paris, était critique sur ces pratiques :

Tous les enfants scrofuleux, les teigneux, tous les hommes et les femmes affligés de plaies variqueuses ou cancéreuses allaient se plonger dans cette fontaine et y décrasser leurs plaies. Ma mère et la vieille fille me recommandèrent surtout d’avoir la foi et une grande confiance dans le Sauveur du Monde et en sa divine mère. De la foi, j’en avais alors de quoi transporter toutes les montagnes, et ce fut sans doute, comme disait la bonne fille, cette foi solide qui me sauva autant, sinon plus, que l’eau de la fontaine de Kerdevot.

[modifier] 4 Annotations

  1. Batière, s.f. : en Normandie, le bât. Par assimilation de forme, genre de couronnement d'un édifice, formé de deux gables à double égout, supportant un toit plus ou moins incliné". Source : De Caumont, Abécédaire ou rudiment d'archéologie. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  2. Pinacle, s.m. : en architecture gothique, couronnement ouvragé, dentelé, en forme de cône ou de pyramide, décorant le sommet des toits, des contreforts, des pignons. Source : Trésor Langue Française. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  3. Gable, gâble, s.m. : fronton triangulaire ajouré et sculpté qui couronne le portail d'une cathédrale gothique. Source : Trésor Langue Française. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  4. Page 127 de la « Monographie de la cathédrale de Quimper (XIIIe - XVe Siècle) » de R.-F. Le Men. [Ref.↑]




Thème de l'article : Patrimoine communal d'Ergué-Gabéric

Date de création : Avril 2010    Dernière modification : 2.08.2015    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]