Sant Felis Rewis - GrandTerrier

Sant Felis Rewis

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Felis Rewis
Vie / Buhez : né au 10e siècle à Quimper, fait rebâtir le monastère Saint-Gildas-de-Rhuys
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : origine latine, Felix=Heureux
Variantes / Argemmoù : Felis (Bretagne) - Feliz (Bretagne) - Félix (France) -

2 Almanach


le 9 mars 2018 ~ d'an 9 a viz Meurzh 2018
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Felis Rewis (né au 10e siècle à Quimper, fait rebâtir le monastère Saint-Gildas-de-Rhuys)
Proverbe breton ~ Krennlavar An deiz kentañ a viz Ebrel

E vez tapet ar wrac'h er c'hevell.
[Le premier avril on attrappe la vieille (poisson) dans les casiers.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

St-Gildas de Rhuys
St-Gildas de Rhuys

5 Monographies

Catholiques en France :

Saint Félix de Rhuys
Ermite dans l'île d'Ouessant (+ 1038)

Originaire de Quimper, il vécut d'abord ermite dans l'île d'Ouessant puis rejoignit le monastère bénédictin de Fleury, sur les bords de la Loire. Le Père Abbé lui confia la restauration de l'abbaye de Rhuys qui avait été fondée par saint Gildas au 6ème siècle sur le golfe du Morbihan, mais qui avait été détruite par les Normands.

4 mars, Fête Locale

prénoms bretons et celtiques d'Albert Deshayes :

Felis

Du latin felix, "heureux", très populaire chez les anciens chrétiens.

Deux saints ont porté ce nom. L'un, évêque de Nantes (44), est né à Bourges (18), en 516. Chef spirituel et temporel, il y a fait construire une cathédrale et combler le lit de la Loire pour lui en creuser un nouveau. Il meurt en 582. Le second fut le premier abbé de Saint-Gildas-de-Rhuys (56) au XIe siècle. Né vers 970, il est d'orgine cornouaillaise. Mais, il préfère revêtir l'habit monastique au monastère d'Ouessant (29). Il se rend à Fleury-sur-Loire (58) où sont conservées les reliques sz Paol-Aourelian, et y reste neuf ans comme moine, avant d'être envoyé à Saint-Gildas-de-Rhuys dont il fait rebâtir le monastère. Il fait également revenir les reliques de Gweltas et rétablit le pèlerinage sur son tombeau. Parmi ses disciples, figurent Ehouarn, Rieg et Goustan. Il meurt en 1038.

Site InfoBretagne / St-Gildas :

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de SAINT-GILDAS-DE-RHUYS

Saint-Gildas-de-Rhuys vient de saint Gildas, fondateur du monastère.

La presqu'île de Rhuys comptait sous l'Ancien Régime quatre paroisses : Sarzeau, créé vers la fin du Xème siècle, dont Saint-Armel était une simple chapelle et dont Le Tour-du-Parc fut détachée au XIXème siècle, Saint-Goustan créé vers la fin du XIème siècle (qui a formé l'actuelle commune de Saint-Gildas), avec ses trèves de Houat et Hoedic, Arzon et Ilur qui fut annexée à l'Ile-d'Arz en 1615.

L'histoire de Saint-Gildas-de-Rhuys commence vers 536, lorsque le moine breton Gweltas (Gildas) quitte la Grande-Bretagne pour se retirer dans l'île de Houat. La petite île ne suffit bientôt plus pour recevoir tous les disciples de l'ermite dont la renommée grandissait de jour en jour. Le comte Guerech, alors seigneur du pays de Vannes, lui fait don d'un château qu'il possédait dans la presqu'île de Rhuys et Gildas le convertit en monastère. Ainsi fut fondée l'abbaye dont il devint le premier abbé. Il y sera enterré en 565.

L'abbaye Saint-Gildas-de-Rhuys tombe ensuite en ruine. Sur demande de Geoffroy Ier alors duc de Bretagne, elle est reconstruite en 1008 par un moine appelé Félix. A partir de 1506, l'abbaye de Rhuys tombe à nouveau en ruine. En 1649, les Bénédictins de St Maur prennent alors possession des lieux et restaurent l'abbaye qui restera leur résidence jusqu'à la veille de la Révolution. Elle sera reconstruite après 1653.

L'abbaye de Saint-Gildas-de-Rhuys est revendue comme bien national en 1789. Saint-Gildas-de-Rhuys est édifié en commune en 1790.

On rencontre les appellations suivantes : Sainct Goustan en l'isle de Ruis (en 1427), Sainct Goustan en l'isle de Ruys (en 1441), Sainct Guedas de Reuys (en 1448).