Sant Filberzh - GrandTerrier

Sant Filberzh

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Filberzh
Vie / Buhez : abbé de Jumièges et de Noirmoutier au 7e siècle, reliques déplacées à Tournus
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs :
Variantes / Argemmoù : Philbert (Bretagne) - Philibert (France)

2 Almanach


le 20 août 2018 ~ d'an 20 a viz Eost 2018
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Filberzh (abbé de Jumièges et de Noirmoutier au 7e siècle, reliques déplacées à Tournus)
Proverbe breton ~ Krennlavar Evit reizhañ ar bleizi, Ez eo ret o dimeziñ. [Pour dompter les loups il faut les marier.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

Vitrail de St-Philbert
Vitrail de St-Philbert

5 Monographies

Catholiques de France :

Saint Philibert ou Philbert
Abbé à Noirmoutier (+ 685)
ou saint Filibert, abbé de Jumièges en Normandie, puis de Noirmoutier en Vendée.

Il avait quitté la cour du roi Dagobert pour se faire moine d'abord à Rebais dans la Brie française. Plus tard il fonda un monastère à Jumièges près de Rouen. Quand il apprit que Ebroïn, le maire du palais, avait fait assassiner saint Léger d'Autun, il alla reprocher son crime au maire de Neustrie. Ebroïn chargea saint Ouen de le faire disparaître. L'évêque de Rouen obéit, le fit emprisonner, mais la captivité fut douce et dura peu, car Ebroïn fut assassiné à son tour.

Saint Philibert remercia saint Ouen de son hospitalité, l'assura de sa parfaite amitié et prit le chemin du monastère de Noirmoutier.
Lors des invasions normandes, ses reliques furent transportées à Tournus en Bourgogne, où lui fut bâtit une magnifique abbatiale.

Site Wikipedia :

Saint Philibert (ou Filibert) de Jumièges, de Noirmoutier ou de Tournus, né en 617 ou 618 à Elusa, aujourd'hui Eauze dans le Gers - mort le 20 août 684 à Noirmoutier) était un moine et un abbé français du VIIe siècle. Il a fondé les monastères de Jumièges et de Noirmoutier. Ses reliques ont été apportées à Tournus où il fut l'objet d'une grande vénération Fête le 20 août.

Philibert était fils unique de Filibaud, premier magistrat de Vic ou Vic-Jour, en latin Vicus-Julius, aujourd'hui Aire-sur-l'Adour dans le département des Landes, dont il fut depuis évêque. Il vint au monde dans l'ancienne ville d'Eauze, en Gascogne, vers l'an 617 ou 618 et fut élevé à Vic sous les yeux de son père. D'excellents maîtres l'instruisirent aux sciences et le formèrent à tout ce qui était d'usage parmi la nation. Il acquit par leurs soins toutes les connaissances capables de former l'homme pour l'esprit et pour le cœur, pour le monde et pour la religion. Dès que Philibert fut en état d'être produit dans le monde, son père, qui était en grande recommandation auprès du roi Dagobert Ier, lui ménagea une place à la Cour, où il fit la connaissance de Saint Ouen et mérita son estime.

Insatisfait par la vie futile qu'il menait à la cour, il forma, à l'âge de vingt ans, le dessein de consacrer sa vie à Dieu en devenant moine. L'ayant fait approuver par le roi, dont le consentement était nécessaire, il vendit tous ses biens et en distribua le prix aux pauvres et aux monastères. S'il préféra celui de Rebais, nouvellement fondé dans la Brie au diocèse de Meaux, ce fut moins à cause des grands biens qu'il y avait donnés, que parce qu'il connaissait Saint Agile, que son ami Saint Ouen y avait établi premier abbé.

Plus tard, en 654, il fonda un monastère à Jumièges, près de Rouen, sur des terres fertiles, où il venait autrefois chasser avec le roi Dagobert. Il imposa une discipline d'une grande austétité : jeûnes, veilles, flagellations dit-on. A Jumièges, il aurait recueilli les énervés de Jumièges. Quand il apprit que Ebroïn, le maire du palais, avait fait assassiner Saint Léger d'Autun, il alla reprocher son crime au maire de Neustrie. Ebroïn chargea Saint Ouen de le faire disparaître. L'évêque de Rouen obéit, le fit emprisonner, mais la captivité fut douce et dura peu, car Ebroïn fut assassiné à son tour.

Saint Philibert remercia Saint Ouen de son hospitalité, l'assura de sa parfaite amitié et prit le chemin du monastère de Noirmoutier, où il mourrut le 20 août 684, à près de 70 ans, son corps sera alors été déposé dans un sarcophage.

Les moines de Noirmoutier ont élevé vers 847 en son honneur une prieurale carolingienne à Déas, devenu par la suite Saint-Philbert-de-Grand-Lieu.

Lors des invasions normandes, ses reliques furent transportées à Tournus en Bourgogne, où lui fut bâtie une magnifique abbatiale.

Des villages portent son nom dans la vallée du Rhône, en Anjou et en Bretagne. De Noirmoutier à Tournus, ses reliques accomplirent un grand périple, passant par Cunault et Saint-Pourçain-sur-Sioule, qui contribua à sa grande popularité.