Sant Gulian ha Gulc'hien - GrandTerrier

Sant Gulian ha Gulc'hien

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Gulian ha Gulc'hien
Vie / Buhez : saints nantais martyrisés et jetés dans un puits à Jans
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : origine Latine de Gulian, Julia, nom de famille romain, qui prétendait descendre de Iule.
Variantes / Argemmoù : Gulian (Bretagne) - Julian (Bretagne) - Julien (France) - Juluan (Bretagne) - Féminin(s): Giulia (Bretagne) - Gulc'hien (Bretagne) - Gulcien (Bretagne)

2 Almanach


le 17 août 2018 ~ d'an 17 a viz Eost 2018
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Gulian ha Gulc'hien (saints nantais martyrisés et jetés dans un puits à Jans)
Proverbe breton ~ Krennlavar Da bep hini e vlaz, Logod d'ar c'hazh, Eskern d'ar chas. [A chacun (selon) son goût: souris au chat, os aux chiens.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

Eglist Saint-Julien et Saint-Gulcien
Eglist Saint-Julien et Saint-Gulcien

5 Monographies

Site Bretagne.com :

Gulcien - Gulian
prénom masculin, fête le 17 août

Déclinaisons du prénom breton : Gulien

Martyr nantais du temps du christianisme, il fut jeté dans un puits à Jans (44).

Site InfoBretagne/Jans :

PATRIMOINE de JANS

l'église Saint-Julien et Saint-Dulcien (1868). Cette église remplace une église romane devenue trop petite. La statue de Saint Mathieu, provenant de la chapelle du Trépas, date du XVème siècle. La statue de Saint Barthélemy, en bois polychrome et provenant de la chapelle du Trépas, date du XVIIème siècle. La statue Saint Mathurin, en bois polychrome et provenant de la chapelle du Trépas, date du XVIIIème siècle ;

ANCIENNE NOBLESSE de JANS

La châtellenie de Jans appartenait en 1294 à Briand Le Boeuf, sire d'Issé, qui reconnut alors devoir à cause d'elle 4 livres en deniers d'Ost au duc de Bretagne ; elle fut donnée en 1333 par le duc Jean III à Jean de Rougé, sire de Derval (Dom Morice, Preuves de l'Histoire de Bretagne, I, IIII, et 1359). Cette châtellenie s'étendait en Jans, Treffieux, Abbaretz, Nozay et Derval ; parmi ses rentes on remarque celle qui portaient le nom de « gardes des festes de Jans » ; peut-être était-ce une sauvegarde accordée par le seigneur de Jans à ses vassaux pendant les fêtes des saints Julien et Gulcien, patrons de la paroisse et martyrisés à Jans même d'après la tradition.