Sant Rian - GrandTerrier

Sant Rian

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Rian
Vie / Buhez : souvent évincé par le romain Adrien, attesté sur l'île de Bréhat et éponyme de St-Adrien
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : origine Celtique, Rix=Roi (Petit roi)l
Variantes / Argemmoù : Rhian (Pays de galles) - Rian (Bretagne) - Ryan (Celtique) - Féminin(s): Riana (Bretagne) -

2 Almanach


le 8 mars 2018 ~ d'an 8 a viz Meurzh 2018
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Rian (souvent évincé par le romain Adrien, attesté sur l'île de Bréhat et éponyme de St-Adrien)
Proverbe breton ~ Krennlavar Ken alies gwrac'h, ken alies a geusteur.

[Autant de vieilles femmes, autant de ragoûts.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

église de St-Adrien - Gilles Saunier-L'Hégaret © VB'Breizh
église de St-Adrien - Gilles Saunier-L'Hégaret © VB'Breizh

5 Monographies

prénoms celtiques et bretons d'Albert Deshayes :

Rian

Gallois : Rhian. Diminutif du vieux breton ri, "roi".
On ne sait presque rien de ce saint fort honoré, qui a laissé son nom à plusieurs lieux, bien qu'il ait été évincé dans de nombreuses chapelles par le romain Adrien.

Patron de l'église paroissiale de Le Drennec (29) sous la graphie Drien, sa statue l'y représente en abbé portant crosse et mitre, mais, à Saint-Adrien en Bourbriac (22), il est figuré en évêque.

Site InfoBretagne :

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de SAINT-ADRIEN

Saint-Adrien vient de "Saint-Rien", nom d'un personnage, semble-t-il, attesté sur l'île de Bréhat en un lieu nommé Sanctus Rihen en 1181 (Saint Rion). Le vocable Saint-Rien est devenu d'abord Saint-Drien (vers 1581) puis Saint-Adrien en 1682.

Saint-Adrien est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Bourbriac. Saint-Rien ou Saint-Drien (aujourd'hui Saint-Adrien) est citée comme paroisse dès 1393. Sous l'Ancien Régime, Saint-Adrien était une succursale et une trève de la paroisse de Bourbriac. Elle dépendait de l'évêché de Tréguier et avait pour subdélégation Guingamp, et pour ressort Morlaix.

Le nom de la commune de Saint-Adrien est changé en celui de Montrieux pendant la Terreur, par un arrêté du district de Guingamp daté du 16 février 1794.

On rencontre les appellations suivantes : par. de Saint Rien (en 1393), Saint-Derien (en 1543), Saint Drien (en 1581), Saint Adrien (en 1682).

Site Marikavel :

Étymologie  :

  • Anonyme (vers 1860) : "L'église est sous le patronage de saint Adrien, abbé de Cantorbéry au VIIIè siècle"
  • Régis de Saint-Jouan (1990) : "Saint-Adrien (S. Rien) est citée comme paroisse dès 1393 ... Elle a élu sa première municipalité au début de 1790. Le nom de la commune fut changé en celui de Montrieux pendant la Terreur (arrêté du district de Guingamp en date du 28 pluviôse an II (16 février 1894)"
  • B. Tanguy (1992) : "Par. de Saint Rien, 1393; Saint-Derien, 1543; Saint Drien, 1581; Saint Adrien, 1682; en breton : Zand Rien".
"... il doit son nom à un saint breton du haut Moyen age, auquel a été substitué par analogie au XVIIè siècle, saint Adrien".
" La forme sincère du nom est en effet Saint Rien. C'est une mauvaise interprétation de la prononciation bretonne Zand Rien, dont témoigne la graphie Saint Drien en 1581, qui est à l'origine de la substitution. Possible éponyme de Plurien et de Kerien (cf. ces noms), il était, sous le nom de saint Rion, titulaire de chapelles à Bréhat (lieu nommé Sanctus Rihen en 1181), Ploubazlannec, Plouézec et Plourivo. Probable fondateur du monastère qui existait jadis sur l'île de Saint-Rion, à Ploubazlanec, il était représenté sur le sceau de l'abbaye de Beauport, qui prétendait qu'il avait été évêque de Bourges, avec mitre et croix processionnelle aux côtés de saint Maudez"
  • Éditions Flohic (1998) : "de Rien, nom d'un personnage attesté sur l'île de Bréhat; le vocable Saint-Rien est devenu Saint-Adrien en 1691-1692".
"C'est en 1691 que le nom ancien de Saint-Rien est remplacé par Saint-Adrien, sans que l'on sache si la nouvelle dédicace s'applique à saint Adrien, pape, ou à saint Adrien, évêque de Canterbury, cette dernière hypothèse étant la plus vraisemblable".
  • Hervé Abalain (2000) : "Saint Rien en 1393; l'éponyme est Rien; cf. Plurien; il y a eu substitution d'hagionyme".


Commentaires JC Even :

  • Le nom actuel est dû, à l'évidence, à une agglutination du -T- final de saint / sant, en version locale trégorroise devenu -D-, (sant > zand), avec le -R- initial de Rian, pour former Sant-Drian/Drien, lequel a été ensuite assimilé abusivement à saint Adrien.