Sant Tangi - GrandTerrier

Sant Tangi

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Tangi
Vie / Buhez : fils du seigneur de Trémazan au 6e siècle, tue sa soeur Eodez par décapitation, converti moine par Pol-Aurélien
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : origine Celtique, Tan=Feu, Ki=Chien/Guerrier
Variantes / Argemmoù : Tanchi (Bretagne) - Tanghi (Bretagne) - Tangi (Bretagne) - Tangou (Bretagne) - Tangui (Bretagne) - Tanguy (Bretagne) - Tanki (Bretagne) - Tanneguy (Bretagne) - Tany (Divers) - Tinguy (Divers) -

2 Almanach


le 19 novembre 2018 ~ d'an 19 a viz Du 2018
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Tangi (fils du seigneur de Trémazan au 6e siècle, tue sa soeur Eodez par décapitation, converti moine par Pol-Aurélien)
Proverbe breton ~ Krennlavar -Ma Doue! -Ha Doue ar re all ivez. Nemet doueoù-plouz a ve dit-te. § [Trad.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

ruines du chateau de Trémazan
ruines du chateau de Trémazan

5 Monographies

Site Bretagne.net :

Tangi

prénom masculin, fête le 19 novembre

Origine du prénom

Saint Tanguy aurait tué sa soeur Heodez.

Repentant, saint Pol lui imposa un jeûne de 40 jours puis le fit moine. De "tan" qui signifie feu et de "ki" qui veut dire guerrier.

Site Mon univers :

Origine : Tangi, du vieux breton "tan", feu, ardent, et "ki" guerrier, chef ou chien. Tangi est l'orthographe bretonne et Tanguy l'orthographe française. Tangi est attesté comme prénom depuis le dixième siècle. Il est également devenu un nom de famille et entre en composition dans de nombreux noms de lieux.

Variantes : Diminutif : Tangou.

Étymologie : Tanchi 859-865, Tanki 870, Tangi 1086, Tanghi 1050, Tangui 1092-1105

Fête : le 19 novembre (ou 27 novembre ?)

Histoire : Saint Tanguy et sa soeur Eode (ou Eodez, Héodez, sainte Haude) naissent vers 520 au château de Trémazan dans le Finistère (29); leur mère meurt alors qu'ils sont très jeunes; leur père (seigneur de Trémazan) se remarie. Tanguy part à la cour de Childebert 1er, tandis qu'Eode reste sous la coupe de la marâtre qui la contraint aux plus basses besognes. Vers 545, à son retour, égaré par les calomnies de la mauvaise femme, le jeune homme décapite sa soeur. Eode prend sa tête dans ses mains, la replace sur son tronc, pardonne à son frère, et meurt. Il se rend à Occismor (probablement Brest ou Saint-Pol-de-Léon) auprès de saint Pol-Aurélien; il expie sa faute par un jeûne de quarante jours dans la solitude, dans une forêt de la région de Landernau. Puis, renonçant à une carrière à la cour des Mérovingiens, il embrasse la vie monastique, au monastère de l'île de Batz, où il passe six ans. L'île Tanguy porte son nom. Saint-Pol lui confie la fondation de l'abbaye de Gerber, au Relecq (29) où il meurt en 594. Pour abriter une relique de Saint-Mathieu, il fait construire un monastère au cap de Fine-Terre, près de Conquet.

Personnage : Tangui est un prénom porté par plusieurs membres de la famille du Chastel, qui prétend descendre de saint Tangui, et possède longtemps le château de Trémazan et la tour de la Motte-Tanguy, à Brest, face au château. Tanneguy du Chastel, naît vers 1368 à Trémazan et serait aussi l'auteur d'un crime célèbre : en 1413, il devient prévôt de Paris; partisan du dauphin, futur Charles VII, il assassine peut-être le duc de Bourgogne Jean sans peur à Montereau en 1419.

Tanguy Malmanche naît en 1875. Il écrit plusieurs pièces de théâtres à caractères poétique en breton : Gurvan, ar Marc'hek estranjour (Gurvan, le chevalier étranger, 1922), Buhez Salaün lesanvet ar Foll (La vie de Salaûn qu'ils nommèrent le fou, 1926), Ar baganiz (les Païens, 1931). Il meurt en 1953. Il a rendu hommage à son prénom : "Je ne dis pas que, parce que je m'appelle Tanguy, j'ai composé des drames bretons; je dis seulement que je n'aurais peut-être pas eu le courage de les écrire si je m'étais appelé Célestin".

Tanguy sur internet :

Site Wikipedia :

Tanguy de Locmazhé

Saint Tanguy de Locmazhé (+ 594) fut un moine breton de Gerber (Le Relecq). Il a fondé l'abbaye de Saint Matthieu au Conquet. Il est inhumé à Locmazhé (Finistère). Saint Tanguy est fêté le 19 novembre, le lendemain de la fête de sainte Aude de Trémazan, sa sœur, ou le 12 mars, jour de la fête de son père spirituel, saint Pol Aurélien.

La légende dit qu'il était fils d'un seigneur de Trémazan, près de Portsal. Envoyé à la cour pour son éducation, il a laissé sa sœur Haude au pays. À son retour sa belle-mère dénonce celle-ci comme déshonorant la famille et Tanguy la tue. La victime prend alors sa tête et rentre à la maison pour demander les sacrements avant de mourir. Horrifié Tanguy se repend sévèrement et se voue à la vie monastique sous la direction de l'évêque saint Pol de Léon avant de fonder avec lui sur la pointe Saint-Mathieu une nouvelle abbaye, l'Abbaye Saint-Mathieu de Fine-Terre, appelée en breton Locmazhé (le loc de Mathieu). Il a fondé aussi l'abbaye de Gerber. Il est inhumé et vénéré par tout le peuple breton à Locmazhé.

Site Tro Breiz :

D'après la légende, sainte Haude et saint Tanguy ont vécu au Château de Trémazan au VIe siècle. Le seigneur de Trémazan avait des enfants dont Haude et Gurguy. À la mort de leur mère, leur père se remarie et les enfants sont maltraités par leur nouvelle mère. Gurguy s'enfuit auprès du roi Childebert et Haude dans une métairie où elle s'adonne à la prière. Quand il revient à Trémazan, Gurguy demande à revoir sa sœur, mais sa belle mère la lui présente faussement comme une fille perdue. Quand il la retrouve, Haude ne reconnaît pas Gurguy et s'enfuit. Se rappelant les paroles de sa belle mère, Gurguy pense que Haude a "forfait en son honneur" pendant son absence, et que c'est pour cela qu'elle s'enfuit et qu'elle n'ose pas se présenter devant lui. Cette fausse impression pousse Gurguy à la poursuivre. L'ayant rattrapée, il lui donne un si grand coup d'épée qu'il lui tranche la tête. Gurguy comprend vite son erreur. Haude était un exemple de sainteté. Prix de remord, Gurguy s'en va trouver Paul Aurélien pour lui demander le pardon. Après une période de pénitence, Gurguy devient abbé de Gerber (Le Relecq?) puis fonde un monastère sur le cap de Penn-ar-Bed. Il prend le nom de Tanguy qui veut dire feu. Le cap de Penn-ar-Bed est devenu aujourd'hui la pointe de Saint-Mathieu. Les ruines d'un monastère du XIe siècle et d'une tour à feu du XVe siècle rappellent la vocation maritime du lieu.