Vol de la caisse de la paye du personnel à Odet, journaux locaux 1887 - GrandTerrier

Vol de la caisse de la paye du personnel à Odet, journaux locaux 1887

Un article de GrandTerrier.

(Différences entre les versions)
Jump to: navigation, search
Version du 13 juin ~ mezheven 2020 à 13:08 (modifier)
GdTerrier (Discuter | contributions)

← Différence précédente
Version actuelle (7 juillet ~ gouere 2020 à 11:49) (modifier) (undo)
GdTerrier (Discuter | contributions)

 
Ligne 3: Ligne 3:
|width=85% valign=top {{jtfy}}|[[Image:Journaux1887.jpg|right|300px]]<i>Le vol dans des circonstances rocambolesques de la caisse contenant l'argent liquide servant à payer le personnel du moulin à papier d'Odet.</i> |width=85% valign=top {{jtfy}}|[[Image:Journaux1887.jpg|right|300px]]<i>Le vol dans des circonstances rocambolesques de la caisse contenant l'argent liquide servant à payer le personnel du moulin à papier d'Odet.</i>
-Compte-rendus dans les deux journaux locaux « <i>L'Union Agricole</i> » <ref name="UnionAgricole">{{UnionAgricole}}</ref> et « <i>L'Union Monarchique du Finistère</i> » <ref name="UnionMonarchique">{{UnionMonarchique}}</ref>.+Comptes rendus dans les deux journaux locaux « <i>L'Union Agricole</i> » <ref name="UnionAgricole">{{UnionAgricole}}</ref> et « <i>L'Union Monarchique du Finistère</i> » <ref name="UnionMonarchique">{{UnionMonarchique}}</ref>.
Autres lectures : {{Tpg|René-Guillaume Bolloré (1847-1904), entrepreneur papetier}}{{Tpg|Nécrologie de René Bolloré, Le Finistère 1904}}{{Tpg|Elisabeth Bolloré (1824-1904), nièce, fille, épouse et mère de fabricants de papier}}{{Tpg|Déguignet face aux machines de la papeterie Bolloré à la fin du 19e}}{{Tpg|1894 - Ouvrières de la papeterie d'Odet}}{{Tpg|1880-1900 - Ouvriers de la papeterie d'Odet}}__NOTOC____NUMBERHEADINGS__ Autres lectures : {{Tpg|René-Guillaume Bolloré (1847-1904), entrepreneur papetier}}{{Tpg|Nécrologie de René Bolloré, Le Finistère 1904}}{{Tpg|Elisabeth Bolloré (1824-1904), nièce, fille, épouse et mère de fabricants de papier}}{{Tpg|Déguignet face aux machines de la papeterie Bolloré à la fin du 19e}}{{Tpg|1894 - Ouvrières de la papeterie d'Odet}}{{Tpg|1880-1900 - Ouvriers de la papeterie d'Odet}}__NOTOC____NUMBERHEADINGS__

Version actuelle

Catégorie : Journaux
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
Le vol dans des circonstances rocambolesques de la caisse contenant l'argent liquide servant à payer le personnel du moulin à papier d'Odet.

Comptes rendus dans les deux journaux locaux « L'Union Agricole » [1] et « L'Union Monarchique du Finistère » [2].

Autres lectures : « René-Guillaume Bolloré (1847-1904), entrepreneur papetier » ¤ « Nécrologie de René Bolloré, Le Finistère 1904 » ¤ « Elisabeth Bolloré (1824-1904), nièce, fille, épouse et mère de fabricants de papier » ¤ « Déguignet face aux machines de la papeterie Bolloré à la fin du 19e » ¤ « 1894 - Ouvrières de la papeterie d'Odet » ¤ « 1880-1900 - Ouvriers de la papeterie d'Odet » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

On appelait cette bande « Les voleurs de Quimper » car pendant de nombreuses années ils écumèrent, sans se faire prendre, la région quimpéroise en commettant d'importants vols d'argent bien organisés. L'un d'entre eux était d'origine gabéricoise : Pierre Le Roy [3], né en 1857 à Guillyhuec, de profession aide-agricole ou potier.

C'est grâce à lui que la bande, menée par un certain Pierre-Louis Motion, a pu commettre le vol par effraction à l'usine de fabrication de papier à Odet : « Le Roy, qui a travaillé pendant longtemps au moulin, savait que le paiement du personnel devait être effectué le 7 mai et il avait acquis la certitude que son oncle, charretier de l'usine y avait porté de Quimper, dans l'après-midi, le 6 mai, une caisse contenant le billon nécessaire à cette paie. ».

Le compte-rendu des assises détaille précisément leur méfait : « ils se couchèrent dans une allée d'arbres plantés le long du jardin et attendirent là jusqu'à minuit, heure à laquelle les ouvriers se relèvent au travail de l'usine. ». Grâce aux informations de l'oncle charretier et avec l'aide d'un « ciseau à froid » [4] de serrurier, ils réussissent à s'emparer et à ouvrir la caisse en bois de la paie, mais échouent à ouvrir le coffre-fort.

On apprend que le montant de la paie de début de mois des ouvriers est de 280 francs en « billon » [5] (menue monnaie). Cette paie ne couvre pas les indemnités d'une quinzaine, car l'entreprise compte 120 salariés au total à l'époque et le salaire moyen, d'un ouvrier homme est de l'ordre de 2,5 à 3 euros par jour. Certes femmes et enfants sont nombreux à travailler à Odet (cf photos ci-contre), mais l'équation semble improbable.

Dans les articles de journaux, pour désigner les propriétaires du moulin à papier, il est question soit de Madame ou de Monsieur Bolloré, soit de « Messieurs Bolloré, manufacturiers à Ergué-Gabéric ». Ceci s'explique d'une part par le fait que le premier dirigeant Bolloré, Jean-René, est décédé en 1881, et que sa veuve Eliza, née Le Marié et sœur du fondateur Nicolas Le Marié, a conservé la direction de l'entreprise jusqu'en 1891.

Et d'autre part parce que le fils aîné, René-Guillaume Bolloré, travaille dans l'entreprise avec ses deux frères Charles et Léon sous la supervision de leur mère : « Après quelques années de tâtonnements et de collaboration, l'aîné des trois fils, toujours M. René, prit seul en main la direction : il devait la conserver vingt-quatre ans. » (abbé Édouard André-Fouet), jusqu'à son décès en 1904.

 
ouvrières d'Odet vers 1894
ouvrières d'Odet vers 1894
ouvriers d'Odet vers 1880-90
ouvriers d'Odet vers 1880-90

En tous cas, les malfrats du vol du moulin à papier d'Odet n'ont pas échappé à un verdict relativement sévère : 20 ans et 15 ans de travaux forcés pour les deux meneurs, et 5 ans de prison pour leur complice gabéricois Pierre Le Roy.


[modifier] 2 Transcriptions

Union Monarchique 11.05.1887 :

Briec. - Dans la nuit du 6 au 7 mai courant, des malfaiteurs ont pénétré avec effraction dans l'habitation de Mme Bolloré papeterie de l'Odet, en Ergué-Gabéric. Ils ont déplacé et essayé de forcer le coffre-fort placé dans le bureau et finalement ils ont enlevé une caisse contenant environ 250 francs. Des recherches ont été immédiatement commencées à l'effet de découvrir les auteurs de ce vol.

La caisse aurait été retrouvé dans la rivière.


Union Monarchique 16.11.1887 :

Assises du Finistère. 4e session de 1887. Audience du mardi 15 novembre 1887

2e Affaire. - Les nommés
1° MOTION, Pierre-Louis, 34 ans, journalier ;
2° MOYSAN, Jean, charretier ;
3° BOISSEL, Raymond, 34 ans, cordonnier ;
4° COTTEN, Alain-Jean-Marie, 34 ans, tonnelier ;
5° CHIPON, Alain-Yves, dit Maréchal-Paour, 26 ans, maréchal-ferrant ;
6° LE TIRILLY, Jean, 46 ans, maréchal-Ferrant ;
7° LE ROY, Pierre, 29 ans, potier ;
8° CRAFF, Marie-Jeanne, femme MOTION, 46 anq, journalière ;
tous demeurant à Quimper, sont accusés de vols qualifiés.

De nombreux vols qualifiés ont été commis, depuis plusieurs années, avec les circonstances les plus audacieuses, dans toute l'étendue de l'arrondissement de Quimper ...

Vol Bolloré (Moulin à papier), Ergué-Gabéric. - Le lendemain, 6 mai 1887, Motion et Moysan de concert avec Le Roy, s'entendaient pour réaliser un vol au moulin à papier de MM. Bolloré, manufacturiers à Ergué-Gabéric. Le Roy, qui a travaillé pendant longtemps au moulin, savait que le paiement du personnel devait être effectué le 7 mai et il avait acquis la certitude que son oncle, charretier de l'usine y avait porté de Quimper, dans l'après-midi, le 6 mai, une caisse contenant le billon [5] nécessaire à cette paie. Motion, Moysan et Le Roy venus par des chemins différents se trouvaient réunis dans le bois de Kerhuisel, voisin de l'usine. Sur les indications de Le Roy, ils se couchèrent dans une allée d'arbres plantés le long du jardin et attendirent là jusqu'à minuit, heure à laquelle les ouvriers se relèvent au travail de l'usine.

Motion tenta d'ouvrir par effraction avec un ciseau, la porte donnant du jardin dans cette allée ; ne pouvant y parvenir, il escalada le mur d'enceinte et vint ouvrir la porte à ses deux compagnons. Après une rapide inspection des lieux par Motion et Le Roy, les 3 malfaiteurs réunis traversaient le jardin, contournaient la maison et arrivaient devant la porte de M. Bolloré. Motion, à l'aide d'un ciseau à froid [4] enleva les barreaux de fer de la fenêtre qu'il escaladait. Le Roy aposté à la fenêtre indiquait à Motion une deuxième pièce où se trouvait déposée la caisse de billon [5], laquelle contenait 280 fr. ; prise par Motion, elle était aussitôt passée par lui à Moysan, puis par ce dernier à Le Roy. Les personnes de la famille de Messieurs Bolloré qui habitaient au-dessus des appartements visités par les malfaiteurs n'avaient entendu aucun bruit. Les accusés retournaient ensuite à l'allée où ils avaient attendu l'heure propice pour commettre le vol et là, fracturaient avec leur ciseau la caisse qui était ensuite jetée dans la rivière de l'Odet et entraînée par le courant. Motion vida dans son sac le contenu de la caisse et le partage fut fait la nuit même dans un champ. MM. Bolloré relevaient également le lendemain matin des traces de ciseau sur leur coffre-fort.

 


Union Monarchique 19.11.1887 :

Assises du Finistère. 4e session de 1887.

Audience du 16 novembre 1887

Affaire MOTION (suite).

À 10 h. 1/2 reprise de l'audience ...

En conséquence la Cour condamne :
Motion, à 20 ans de travaux forcés et 20 ans d'interdiction de séjour ;
Moysan, à 15 ans de travaux forcés et 15 ans d'interdiction de séjour ;
Chipon, à 10 ans de réclusion et 10 ans d'interdiction de séjour ;
Boisel, à 5 ans de prison ;
Le Roy, à 5 ans de réclusion et 5 ans d'interdiction de séjour ;
La femme Motion, à 5 ans de prison.


Union Agricole du 11.05.1887 :

Quimper.. - Notre correspondant nous apprend que, dans la nuit du 6 au 7 mai courant, des malfaiteurs ont pénétré avec effraction dans l'habitation de Mme Bolloré, papeterie de l'Odet, en Ergué-Gabéric, et y ont enlevé dans le bureau une caisse dont on ne connait pas encore exactement le contenu. Des recherches ont été immédiatement commencées à l'effet de découvrir les auteurs de ce vol.

La caisse aurait été retrouvée dans la rivière.


Union Agricole du 20.05.1887 :

Assises du Finistère. Session extraordinaire du 4e trimestre 1887.

Audience du 14 novembre

Les voleurs de Quimper (Suite)

Vol Bolloré, au Moulin à papier, en Ergué-Gabéric

Le 6 mai 1887, Motion et Moysan, de concert avec Leroy, s'entendaient pour réaliser un vol au moulin à papier de M. Bolloré, manufacturier à Ergué-Gabéric. Après avoir attendu jusqu'à minuit, heure à laquelle les ouvriers se relèvent de leur travail, les trois malfaiteurs réunis arrivèrent devant l'usine, dont Motion escalada le mur pour ouvrir la porte à ses compagnons. Puis ils se rendirent tous les trois devant la fenêtre du bureau en traversant le jardin. Motion, à l'aide de son ciseau à froid [4], enleva les barreaux en bois de la fenêtre qu'il escalada, pénétra, sur les indications de Leroy, posté à la la fenêtre, dans une pièce où il enleva une caisse renfermant 280 fr. en billon [5]. Il la passa ensuite à Moysan qui la remit à Leroy, et les trois accusés allèrent en dehors de l'usine fracturer la caisse, qu'ils jetèrent dans l'Odet après que Motion eût vidé son contenu dans son sac. Le partage fut fait, cette nuit même, dans un champ. Le lendemain, M. Bolloré relevait des traces de ciseau sur son coffre-fort.


[modifier] 3 Coupures


[modifier] 4 Annotations

  1. L'Union agricole et maritime, qui a d'abord été appelée L'Union agricole du Finistère est un journal local d'informations générales qui a paru à Quimperlé (Finistère) de 1884 à 1942. Il a connu des orientations éditoriales différentes, selon ses propriétaires successifs. La périodicité a aussi été variable : bi-hebdoadaire, tri-hebdomadaire et hebdomadaire. Avec pour sous-titre Organe Républicain Démocratique de la région du Nord-Ouest, le journal paraît le 1er août 1884 à l'initiative du conseiller général de Quimperlé, James Monjaret de Kerjégu, un riche propriétaire terrien et ancien diplomate résidant à Scaër. [Ref.↑]
  2. « L'Union Monarchique du Finistère », journal catholique et conservateur, est créé le 14 novembre 1883 en remplacement du « l'Impartial du Finistère ». Le siège du journal) est à Quimper ; la période de parution de 1883 à 1889 ; son format 50 x 34 cm ; avec une fréquence de parution bi-hebdomadaire. [Ref.↑]
  3. Naissance - 15/11/1857 - Ergué-Gabéric (Guilluhuec), LE ROY Pierre enfant de Jean, âgé de 30 ans et de Marie Perrine LE DE. Témoins : Jean Le Berre 43a jean Marie Le Berre 30a cultivateurs. Mentions marginales : X 18/11/1905 à Ergué Armel avec Marie Anne Gouritin [Ref.↑]
  4. Ciseau à froid, g.n.m. : en serrurerie, outil servant à la coupe du métal, par opposition au ciseau à chaud qui est un gros ciseau à deux biseaux coupant le fer chaud (Wikipedia). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 4,0 4,1 4,2]
  5. Billon, s.m. : anciennement, monnaie de cuivre mêlé ou non d'argent (Linternaute). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 5,0 5,1 5,2 5,3]


Thème de l'article : Coupures de presse relatant l'histoire et la mémoire d'Ergué-Gabéric

Date de création : Novembre 2013    Dernière modification : 7.07.2020    Avancement : Image:Bullgreen.gif [Fignolé]